Pour le sport

Pour le sport
Accueil
 
 
 
 

Danielle Lebail et Nicolas Bonnet : il est urgent de débattre d'une nouvelle conception du stade

C’est autour de cette question que la fédération du parti communiste du Rhône a organisé un débat public dans le quartier de Gerland le mercredi 29 juin 2011.

Alors que l’enquête d’utilité publique sur le projet de l’OL Land est en cours, toutes les questions doivent être débattues avec les citoyens concernés, sportifs et supporters. La concertation doit être largement ouverte et animée par les pouvoirs publics. Le débat ne doit pas être confisqué par une minorité qui veut faire passer en force une conception libérale du sport.

L'Euro 2016 est une chance pour notre pays et pour les lyonnais, mais il sera porteur d’espoirs que si les stades répondent aux besoins de la population, s’ils sont conçus pour être des lieux d’émancipation et d’appropriation citoyenne.

Malheureusement, les projets présentés marquent la volonté de faire des grands parcs d’attraction à forte consommation et un support télégénique à forte rentabilité. Le projet OL Land est exemplaire : il est présenté comme une future cathédrale de la marchandisation.

C’est un choix politique et idéologique. L’Etat a appelé de ses vœux l’Euro 2016 tout en connaissant le cahier des charges de l’UEFA, mais sans vraiment préparer la candidature de notre pays et sans mettre les moyens financiers à la hauteur. Il ne s’engage qu’à hauteur de 7 % du budget global nécessaire au lieu de 30 % lors de la Coupe du Monde de 1998. Toutes les lois votées ont facilité la privatisation. Des lois d'exception qui autorisent les collectivités à octroyer de l'argent public aux clubs et aux grands groupes du BTP pour des enceintes conçues pour générer du cash. Non seulement il s'agit d'accorder des subventions à des projets reposant sur la propriété privée ou sur un bail emphytéotique, mais également pour servir à construire des loges et autres espaces de prestige. Ces choix écartent la possibilité d’une maîtrise publique. Au moment où le gouvernement réduit la dépense publique, il est temps de rendre public « l’argent privé » ! Nous réclamons la transparence sur les sommes colossales qui circulent autour du football. D’où viennent-elles, à qui profitent-elles ?

Nous pouvons encore inverser cette tendance par un combat politique sur les objectifs, la propriété, le financement public et la gestion démocratique.

Ces nouveaux stades doivent être construits pour répondre aux besoins de la population en étant des grands lieux de vie collective, de diffusion de la culture sportive nécessaire à l’éducation et au développement d’un sport de qualité. L’investissement doit être au service d’une autre conception qui, ne se limitant pas qu’au spectacle, contribue à la formation des espoirs et permet l’accueil d’une diversité de pratiquants, notamment le football féminin, les amateurs et les scolaires. Le stade doit être multifonctionnel permettant l’accueil d’une diversité de disciplines ; une conception du modèle sportif français fondée sur les principes de mutualisation des moyens.

Si les grands stades sont d’intérêt général, ils doivent dépendre d’une maîtrise publique  garantissant la transparence et le contrôle citoyen sur sa gestion et l’animation, notamment par les associations de supporters. Elle est également une garantie pour la répartition des recettes générées lors des grandes manifestations. Ces recettes doivent alimenter un fonds spécial, tel que le Fonds Sastre créé en 1998 à l’occasion de la Coupe du Monde pour soutenir la vie associative et les pratiques amateurs.

Il conviendrait alors de repenser les grand stades dans le cadre d’un réseau national d’équipements publics diversifiés et complémentaires afin de satisfaire tous les besoins. Une nouvelle conception en rupture avec l’ère de la marchandisation et essentiel pour l’avenir du sport.

Pour cela, la part du budget de l’Etat consacré au sport doit être largement réévaluée pour  mettre en place un plan national d’investissement pour les grands équipements et pour les équipements de proximité. Enfin, les recettes apportées par l’Euro 2016 pourraient être reversées dans un fonds spécial d’équipement et ainsi soutenir les futurs projets.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.