Pour le sport

Pour le sport
Accueil
 
 
 
 

lettre ouverte aux bénévoles du sport de Marie-George Buffet

Madame, Monsieur,

 

Une nouvelle proposition de loi sur l’éthique sportive et le droit des sportifs est proposée au vote à l’assemblée nationale le 19 janvier. Si cette loi prétend viser l’éthique sportive, seul l’article 1 concerne cet objet. Ce texte n’est qu’une succession de bonnes intentions permettant d’éviter à Nicolas Sarkozy de rappeler son bilan calamiteux, avec cinq Ministres ou secrétaires d’Etat qui se sont succédés sans avoir esquissé une loi d’orientation qui donne une véritable ambition pour le sport français.

L’actualité du sport business a rattrapé le gouvernement au cours de la dernière Coupe du Monde de football, à l’occasion de l’affaire des quotas ou encore avec les salaires indécents des footballeurs professionnels et les affaires de dopage… Si les valeurs du sport ont été salies ces dernières années, c’est d’abord par des choix politiques qui ont soutenu la marchandisation du sport.

 Cette proposition de loi est l’achèvement d’une politique qui n’a pas cessé de remettre en cause l’unité et la pérennité de notre modèle sportif en déconstruisant peu à peu les missions de l'Etat en matière de sport et en poussant le sport vers un financement privé. Depuis le début de la mandature, nous n'avons vu passer à l’Assemblée que des lois qui visent à conforter « le sport business » : loi sur la profession d’agent sportif, loi sur les paris en ligne, loi d’exception pour les stades de l’Euro 2016…

Plus inquiétant pour l’avenir du sport français, plusieurs articles de cette nouvelle loi vont dans le sens d’une diminution progressive des responsabilités du ministère des sports et d’un transfert de ses compétences vers les collectivités territoriales et les fédérations sportives.

 

Les enjeux des prochaines années sont considérables, car c’est le droit à la pratique sportive qui est en danger.

En modifiant le statut et les missions des CREPS, en rattachant les directions départementales de la jeunesse et des sports à la cohésion sociale, le gouvernement a imposé également un nouveau débat : le sport doit-il être réduit à un simple instrument pour des politiques sociales ? Minimisation et instrumentalisation du mouvement sportif ou reconnaissance et soutien car essentiel par nature à l’émancipation humaine ?

C’est dans la réponse à cette question, en plaçant l’émancipation humaine au cœur de notre projet que voulons avec le Front de Gauche rassembler le mouvement sportif et les forces politiques progressives défendant le droit d’accès au sport et son service public.

Cela exige, en premier lieu, de prendre le chemin du renforcement des moyens, des missions, de la présence partout sur le territoire du ministère des sports.

C'est avec un Etat présent et en capacité d'intervention que l'argent investi dans le sport pourra profiter au sport, plutôt que le sport devienne une source de profit.

Le défi politique que relève le Front de Gauche à l’occasion des prochaines échéances électorales est la construction d'un front de résistance pour que le sport reste un droit accessible à toute et tous, quels que soient le sexe, l’âge, les capacités ou la condition sociale.

C’est réaffirmer le sport comme un élément fondamental de l’éducation, de la culture et de la vie sociale. C’est exiger les moyens pour assurer la libre association et le bénévolat et le développement du sport en entreprise. C’est garantir la redistribution des richesses produites collectivement dans le sport et la mutualisation des moyens. C’est engager avec les collectivités un plan national d’urgence pour la construction et la rénovation des installations sportives.

Pour relever les défis de l’avenir du modèle sportif français, il sera nécessaire d’adopter une loi cadre qui réaffirme unicité du sport, définissant les principes de l’action publique et reconnaissant le rôle de chaque collectivité et du mouvement sportif dans cette action.

Dans cet esprit, il faut envisager une conférence nationale du sport rassemblant tous les partenaires sociaux et économiques du sport et nous impulserons des instances de concertation, de réflexion et d’évaluation permanentes à chaque échelon du territoire.

Je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations respectueuses.

 

Marie-George Buffet,
Députée de la Seine Saint Denis
Ancienne Ministre de la jeunesse et des sports

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.