Pour le sport

Pour le sport
Accueil
 
 
 
 

100e tour de France et rien de neuf sur le dopage

 

On aurait pu imaginer, pour la 100e édition du Tour de France, une réelle « vélorution » en matière de lutte contre le dopage après l’affaire Armstrong. Rien de cela n’est prévu. Nous sommes tous déçus par le manque de détermination et de courage poli- tique en la matière... La bataille lancée par Marie-George Buffet en 1998 est bien loin, même si elle reste une référence.

Pourtant, la commission d’enquête engagée par le Sénat a auditionné de nombreuses personnes et a enregistré énormément de propositions. Son rapport n’est pas encore publié, mais, tout de même, pourquoi pas un seul signe avant le départ du Tour ? Alors, Madame la Ministre, pourquoi rien de bouge ? Les marchands ont- ils définitivement gagné la partie? Peut-être simplement parce qu’il faut s’attaquer aux raisons qui conduisent au dopage et au système mis en place autour des athlètes : les enjeux financiers, la pression du résultat, la précarité des carrières professionnelles, la multiplication des compétitions et la médicalisation permanente... en un seul mot : le capitalisme sportif.

Pour y faire face, la question des moyens engagés par l’État est déterminante : c’est la garantie de l’indépendance des agences de contrôle antidopage, c’est la capacité d’intervention pour démanteler les réseaux, c’est la possibilité d’impulser des politiques de prévention pour donner les moyens aux jeunes sportifs de refuser et de dénoncer le dopage. Ce gouvernement a fait un autre choix, celui de la baisse des crédits consacrés au sport.

Si l’on veut changer la donne, il faut une autre ambition, avec des moyens conséquents pour s’attaquer au système dans sa com- plexité. C’est ce à quoi nous nous employons, pour permettre de redonner à la compétition un sens éducatif, la connaissance de son propre corps et de ses limites. C’est le sens de la randonnée entre Beauvais, Dieppe et Le Tréport qu’organise le Vélo-coco-club du Front de gauche les 6 et 7 juillet. Alors, rendez-vous sur les routes de normadie pour changer de braquet.

Nicolas Bonnet, membre du conseil national du PCF en charge  des sports.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.