Pour le sport

Pour le sport
Accueil
 
 
 
 

Fête de l'Huma 2013 : dans la foulée d'Auguste Delaune

 

En lui donnant le nom d'une avenue principale, la Fête de l'Humanité rend hommage au grand sportif Auguste Delaune, mort à 34 ans sous la torture de la gestapo le 12 septembre 1943.

Le champion de France de cross country en 1927, vainqueur du cross de l'Humanité en 1928, a marqué l’histoire du sport français, non seulement par ses talents d’athlète, mais surtout par son engagement politique pour le sport. Adhérent aux Jeunesses Communistes et au PCF, engagé dans la résistance, il a combattu le fascisme jusqu’à ses derniers jours. Il s’engage très tôt dans le boycott des Jeux Olympiques de Berlin en 1936 et contribue à la création des jeux populaires de Barcelone en alternative aux jeux d’Hitler.

Secrétaire général de la Fédération Sportive du Travail (FST) et membre du comité exécutif de l’internationale rouge des sports, il a permis la réunification du mouvement sportif ouvrier avec l’Union Sportive Socialiste Générale du Travail (USSGT) qui abouti à la naissance en 1934 de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) dont il sera le premier secrétaire général élu à l’unanimité.

Au nom de la FSGT, il rédige le premier texte sur la situation du sport en France publié dans la revue théorique du PCF sous le titre "le sport, la santé et l'avenir de la jeunesse de France". Le 5 mai 1936, l'Humanité publie un manifeste du PCF dont le passage consacré à l'éducation physique et aux sports est rédigé par Auguste Delaune. Ses propositions sont reprises par Léo Lagrange sous le Front Populaire et constituent le socle fondamental du développement du service public du sport dans notre pays.

Parmi ces écrits, quelques passages sont toujours d’actualité comme l’organisation de l’éducation physique obligatoire dans les écoles. Une première mesure sera la création des centres de formation des professeurs d’éducation physique dès l’année 1934 puis la création du brevet sportif populaire. Sous son impulsion, les premières propositions de politiques sportives municipales voient le jour : « Les sportifs doivent avoir à leur disposition des salles de gymnastes, des terrains, des stades, des plaines de jeux, des piscines qui permettront de rendre obligatoire la natation dans les écoles, ce qui diminuera les noyades en France ».

Une autre proposition, plus que d’actualité, vise à renforcer la démocratie dans le sport avec la création du comité consultatif de l’éducation physique et des sports et la création d’un office des sports dans chaque commune.

Enfin, à la question « où trouver les crédits ? », Auguste Delaune répond : « En faisant payer les riches ».

Aujourd’hui, chausser ses baskets pour courir les 10km de l’Humanité, participer aux activités sportives de la FSGT ou aux débats sur le sport dans l’Avenue Auguste Delaune à un sens pour nous. D’abord engager toutes nos forces pour faire plier la montée de l’extrême droite et du FN dans notre pays, construire l’alternative à la domination de l’argent dans le sport par des actions concrètes qui renforcent le service public permettant le droit d’accès au sport pour tous, et renforcer l’intervention citoyenne et la démocratie dans le sport à tous les niveaux.

Enfin, c’est l’exigence de mettre à contribution les grandes richesses au profit du sport pour tous alors que les propriétaires du PSG ont dépensé 111 millions d’euros pour l’achat de leurs nouvelles stars, ceux de Monaco 166,2 millions d’euros, ceux du Réal de Madrid 181,5 millions dont 100 millions pour la venue de Gareth Bale.

 

Nicolas Bonnet, membre du conseil national du PCF en charge des sports

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.