Pour le sport

Pour le sport
Accueil
 
 
 
 

Le football a besoin de dialogue, pas de fichage

Le groupe Communiste Front de Gauche s’oppose formellement au fichage des supporters du PSG acté par un arrêté interministériel le 23 avril. Nous soutenons totalement le dépôt de requête de suspension des associations de supporters et de la ligue des droits de l’homme contre cette décision.

La création d’un fichier « stade », permettant à la préfecture de Police de Paris de garder de façon automatisée les données personnelles des supporters du PSG est pour nous inacceptable. Elle nous rappelle les jours les plus sombres de notre histoire sous le régime de Vichy et fait malheureusement écho aux récentes pratiques condamnables du Maire de Béziers.

La création d’un fichier recueillant les informations de n’importe quelle personne d’au moins 13 ans « se prévalant de la qualité de supporter d’une équipe ou se comportant comme tel » est contestable à plusieurs titres. Elle acte l’idée, tout d’abord, que toute personne se déclarant soutien d’un club est considérée comme potentiellement délinquante, et s’applique au seul territoire Parisien, alors que les problèmes de violences dans le football est une problématique nationale. 
Les supporters ne sont pas tous des hooligans, si la condamnation des supporters violents et racistes est essentielle, elle est indissociable d'une politique de prévention sociale.
A ce jour, aucun bilan n'a été effectué sur l’efficacité des mesures répressives conduite jusqu’à présent. Les méthodes, peu respectueuses des libertés publiques, exacerbent les tensions et entretiennent sentiment d'injustice parmi les supporters qui défendent leurs droits élémentaires de citoyens : liberté d’aller et venir, liberté d’expression, liberté d’animer une tribune avec le matériel autorisé, présomption d’innocence, égalité devant la loi... 
Les tentatives de subordinations des libertés publiques à la sécurité dissimulent une volonté de modifier les rapports de force dans le sport spectacle en contrôlant et excluant certains groupes sociaux. Comprendre, prévenir et condamner la violence dans les stades est une chose, stigmatiser et éradiquer tout ce qui ressemble à un supporter en est une autre.

Il est temps que les pouvoirs politiques reconsidèrent les associations de supporters comme une richesse culturelle qu'il convient d'aider à se développer. Les préconisations du "livre vert du supportérisme" et du rapport Glavany sont nombreuses en la matière.

Lors du Conseil de Paris de Mars 2015, notre groupe avait déposé des vœux et amendements pour favoriser un vrai plan de dialogue avec les supporters liant la ville, les associations et les clubs pour lutter de manière concertée contre les violences et mieux impliquer les passionnés de football parisien dans la vie locale parisienne. 

Nous redemandons d’urgence à la Maire de Paris d’organiser une table ronde avec les supporters, l’Etat et les dirigeants de clubs.

Nicolas Bonnet Oulaldj 
Président du groupe Communiste – Front de gauche

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.